Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2018 7 30 /09 /septembre /2018 21:40

 

Des scientifiques norvégiens ont publié les résultats d’une étude qui mettent en lumière les méfaits insoupçonnés de substances a priori anodines : les produits de nettoyage. Utilisés de manière intensive, ils auraient les mêmes effets sur les capacités pulmonaires féminines qu’une consommation régulière de tabac.

"Fumer tue". L’avertissement est, depuis plusieurs années déjà, apposé sur les paquets de cigarettes, dont les composés toxiques s’avèrent particulièrement néfastes pour l’organisme et les poumons. Des méfaits sanitaires incontestables, qui sont désormais également attribués à des produits en apparence moins nuisibles : les détergents. Une nouvelle étude publiée dans l’American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine vient en effet d’établir un lien entre pratique intensive du ménage et problèmes pulmonaires.

"Comparable à une consommation d’un peu moins de vingt paquets-années", l’équivalent d’un paquet de vingt cigarettes par jour pendant vingt ans. Tel est le parallèle effectué par les chercheurs entre l’état pulmonaire des personnels de ménage et celui des fumeurs. Le nettoyage professionnel serait donc aussi nocif pour les poumons que la consommation régulière et prolongée de tabac.

Pour parvenir à cette conclusion pour le moins inattendue, les scientifiques de l’Université de Bergen, en Norvège, se sont appuyé sur les données de l'European Community Respiratory Health Survey, l’ECRHS. Une enquête menée de 1992 à 2012 sur plus de 6.200 personnes à travers l’Europe. Âgées de 20 à 40 ans, les participants de l’étude ont permis, au cours des deux décennies de suivi dont ils ont bénéficié, de constituer l’une des plus importantes bases de données sur l’état des fonctions respiratoires d’une population.

Une dégradation des capacités respiratoires féminines

Entre autres caractéristiques, l’enquête s’est notamment concentrée sur un critère : le "Volume expiratoire maximal seconde", ou VEMS. Une mesure qui permet de quantifier le volume d’air expulsé lors de la première seconde d’une expiration rapide. Résultat, pour les femmes employées en tant qu’agents d’entretien, cette quantité décline d’environ 4 millilitres (mL) supplémentaires par an par rapport aux femmes qui ne pratiquent pas d’activités de ménage.

Même chez les non-professionnelles, une tendance similaire se dégage, avec une perte annuelle majorée d’un peu plus de 3,5 mL par rapport aux personnes peu adeptes du ménage. Autre paramètre étudié, la capacité vitale forcée, ou CVF, qui désigne le volume d’air total qu’une personne est capable d’expulser en une expiration. Et de nouveau, les professionnelles de l’entretien se sont révélées les plus atteintes, avec une perte supplémentaire de capacité respiratoire de plus de 7 mL par an.

Presque le double des femmes qui assurent le ménage à domicile, dont la CVF diminue d’environ 4 mL par an de plus que leurs contemporaines qui évitent le ménage. Enfin, chez toutes les utilisatrices de produits ménagers - domestiques comme professionnels - l’asthme s’est également révélé plus fréquent, avec une prévalence de l’ordre de 13%, contre un peu moins de 10% chez les femmes qui ne les utilisent pas.

Une action au long cours

Pour expliquer ces effets inquiétants des produits d’entretien sur les capacités respiratoires humaines, les chercheurs avancent une hypothèse. "Nous craignions que de tels produits chimiques, en provoquant en continue de petits dommages au niveau des voies respiratoires, année après année, puissent accélérer le taux de dégénérescence des fonctions pulmonaires qui apparaissent avec l’âge", explique l’auteure principale de l’étude Cecile Svanes, professeure au Centre de santé internationale de l’Université de Bergen.

La spécialiste concède avoir été, dans un premier temps, surprise par ces résultats. Un peu moins, toutefois, après quelques instants de réflexion… "Quand vous pensez que l’on inhale de petites particules issues de produits détergents qui sont censés nettoyer le sol et pas vos poumons, peut-être n’est-ce pas une surprise après tout", avance Cecile Svanes.

Une étude limitée mais qui promeut également des solutions 

L’étude menée par les chercheurs norvégiens reste toutefois entachée de quelques limites. Première d’entre elles, le nombre très faible d’hommes inclus dans les statistiques. Une absence qui n’a pas permis aux chercheurs de tirer de conclusions précises quant aux effets des produits ménagers sur la santé pulmonaire masculine.

Autre aspect problématique : le petit nombre de femmes du panel qui ne pratiquaient aucune activité de ménage, une catégorie considérée comme un "groupe socio-économique restreint", selon les auteurs des travaux. Quoi qu’il en soit, l’étude a le mérite de soulever un problème de santé publique jusqu’alors peu évoqué dans la littérature scientifique.

"Le message important de cette étude est qu’au long terme, les produits chimiques de nettoyage provoquent très probablement des dommages substantiels à vos poumons", prévient Cecile Svanes, qui avance finalement un conseil de bon sens : "Ces produits chimiques sont souvent inutiles, des tissus micro-fibres et de l’eau sont plus que suffisants pour la plupart des usages". "Fumer tue", "laver trop" peut-être également… 

Le 13 juillet 2018 à 15:22 • Benoît Crépin

Partager cet article
Repost0
26 août 2018 7 26 /08 /août /2018 22:17

 

E n France, la consommation d’huiles alimentaires ne cesse de progresser et représente 1,7 million de tonnes par an environ, soit 54 litres d’huile par seconde !!!!

Depuis 2016, la loi oblige tout professionnel  utilisant des huiles alimentaires à les recycler dès qu’il dépasse un volume de 60 litres annuels.

Le non-respect de cette règle peut coûter très cher, puisqu’ il est puni de sanctions maximales de 2 ans de prison, et de 75 000 euros d’amende, voire de remboursement des frais de remise en états des dégâts  (réseaux d’eaux usées, usines de traitement des eaux usées, terrains pollués, etc…).

 

Peut-on jeter nos huiles alimentaires usagées dans l’évier ou la poubelle ?

 

 

Il est interdit de déverser ces huiles usagées dans votre évier.

En effet, elles peuvent causer beaucoup de dégâts :

  • Le premier risque, est l’obstruction des canalisations, car les huiles peuvent se figer en se refroidissant.

  • Le second risque est pour les stations d’assainissement. En effet, un litre d’huile suffit pour recouvrir d’une fine couche imperméable 1000 m² d’eau. Cette pellicule va alors asphyxier les micro-organismes chargés de dégrader les déchets.

Ces deux risques engendrent à eux seul jusqu’à 60% des dépenses annuelles d’assainissement pour les communes, rien qu’en frais de dépollution.

Alors, vous pensez les jeter avec les ordures non recyclables ! Eh bien, non, car c’est aussi interdit ! Ces huiles peuvent engendrer de grands dommages aux incinérateurs.

 

Peut-on composter nos huiles alimentaires usagées ?

Oui, mais en très très faible quantité lorsqu’elles sont imbibées sur des supports  carbonés (papier ou carton), mais pas plus, au risque de détruire tout votre compost !

 

Que faire alors de ces huiles alimentaires usagées ?

Pour les professionnels, des entreprises spécialisées existent pour la collecte et le retraitement.

Pour le particulier, le plus simple est de les remettre dans leur contenant d’origine, et de les déposer dans un point de collecte installé par sa ville ou commune, ou si ce point de collecte n’existe pas, de les déposer dans la déchetterie la plus proche de chez lui.

Elles seront alors traitées soit :

  • Dans un incinérateur spécial.

  • Utilisées en chimie pour fabriquer des tensioactifs (savons, détergents, etc….).

  • Ajoutées à des carburants pétroliers, ou transformées en biodiesel, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et réduire la consommation de pétrole.

  • Utilisées dans des centrales électriques adaptées à ce produit pour faire de l’électricité verte.

 

Un petit geste pour supprimer une grande pollution !

 

P.G.

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2018 7 01 /07 /juillet /2018 21:18

 

 

Cela fait bien longtemps que nous vantons dans nos posts,  l’utilisation du bicarbonate de soude.

De ce fait, la question de l’origine de ce produit naturel est devenue logique.

Encore très peu connu en France, le bicarbonate de soude est pourtant un véritable « couteau Suisse », que ce soit au jardin, à la cuisine, pour la beauté ou pour faire le ménage.

Pourtant, beaucoup de Français l’ont utilisé sans le savoir, chaque fois qu’ils ont utilisé de la levure chimique, qui est essentiellement constituée de bicarbonate de soude.

Beaucoup le confondent à tort avec le carbonate de sodium (communément appelé carbonate de soude ou cristaux de soude).

Une petite part  du bicarbonate de sodium est un dérivé du natron, issu de roches évaporitiques des grands lacs salés.  Le reste est obtenu par un procédé industriel appelé « procédé Solvay », à partir de sel et de craie.

Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit d’une transformation chimique.

Il est produit ou extrait mondialement 45 millions tonnes par an.

Le premier pays producteur est la Chine (18 Mt), suivie des Etats-Unis (11 Mt). La France ne produit que 1 Mt.

En 2005, il avait été produit 42 millions de tonnes, ce qui représentait un peu plus de  6 kilogrammes par an par habitant.

Aujourd’hui, les foyers français ne consomment que 5.000 tonnes par an de bicarbonate de soude brut, là où nos voisins Italiens s’approchent eux des 20.000 tonnes.

Au cours de l’année passée, les vendeurs ont constaté une légère hausse légère des demandes, surement en rapport avec la dénonciation de la dangerosité des produits ménagers modernes à basse de produits chimiques puissants !

 

P .G.

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2018 1 04 /06 /juin /2018 13:50

 

Et pourquoi ne pas utiliser des produits naturels comme produits de beauté!

 

Le bicarbonate de soude est l'un des premiers à utiliser au quotidien:

  • Gommage nature :

1 volume d’eau pour 3 volumes de bicarbonate – Mélanger – Appliquer le mélange en faisant des massages circulaires sur n’importe quelle partie de la peau, bien rincer à l’eau tiède, puis appliquer une crème hydratante. Attention à ne pas réaliser ce type de gommage plus d’une à deux fois par semaine.

Ce même mélange peut être utilisé pour faire sécher les boutons d’acné ou les boutons de fièvre. Il faut alors appliquer le mélange sur les boutons, laissé sécher et rincer.

 

  • Adoucir sa peau :

Ajouter 200g de bicarbonate de soude alimentaire dans l’eau de votre bain vous rendra la peau très douce.

 

 

  • Hydrater les coudes et genoux :

Les coudes et genoux sont des parties du corps que l’on oublie couramment d’hydrater.

Ajouter un peu de bicarbonate à votre crème hydratante et masser doucement la peau avec ce mélange. Un essuyage simple suffira pour éliminer les petites particules de bicarbonate.

 

  • Embellir vos mains:

Mélanger le bicarbonate avec un peu d’eau pour créer une pâte que vous appliquez sur vos ongles. Masser doucement puis rincer. Les cuticules seront ainsi éliminées. Attention, les ongles ne doivent pas être vernis pour utiliser cette astuce.

Si ensuite, vous faites tremper vos doigts pendant une dizaine de minutes dans un bol contenant le jus d’un citron pressé, ils seront blancs et fortifiés. Inutile de rincer

 

  • Lavage des ongles lorsqu’ils sont très sales :

Faire tremper vos ongles dans de l’eau additionnée de 2 cuillères à café de bicarbonate facilitera le brossage du dessous des ongles.

Si cela ne suffit pas, il est possible de saupoudrer la brosse à ongles humide avec le bicarbonate et de frotter.

 

 

  • Beauté et détente de vos pieds:

Mélanger 3 à 6 cuillères à soupe de bicarbonate dans une bassine d’eau tiède. Baignez-y vos pieds durant 10 minutes, vos ongles seront assainis et votre peau sera très douce. Cela permet de plus la suppression des odeurs.

Si vous avez des cals et durillons, utilisez ce type bain de pieds avec une durée de 20 à 30 minutes. Vous pourrez ensuite utiliser votre râpe habituelle. Renouvelez l’opération autant de fois qu’il sera nécessaire pour en venir à bout.

Pour supprimer les odeurs de pieds dans les chaussures, vous pouvez en saupoudrer l’intérieur de bicarbonate de soude que vous laisserez agir durant 24h. Les odeurs seront supprimées, et l’intérieur des chaussures sera ainsi assaini.

 

  • Déodorant naturel :

Diluer du bicarbonate dans de l’eau, jusqu’à saturation. Tamponner où vaporisez ce mélange sur vos aisselles pour en supprimer les odeurs.

 

  • Un dentifrice simple et sain :

Mélanger un peu de bicarbonate avec de l’eau et une pincée de sel. Vous pourrez vous brosser les dents (au maximum une fois par semaine, car il ne faut pas en abuser) avec ce mélange pour éliminer les taches sur vos dents.

 

  • Nettoyer sa brosse à dents (et appareils dentaires):

Mélanger le bicarbonate dans de l’eau jusqu’à saturation, puis laisser baigner vos brosses à dents dans ce mélange toute une nuit. Elles ressortiront propres et désinfectées.

 

  • Combattre la mauvaise haleine :

Mélanger un peu de bicarbonate à un verre d’eau, et faite des gargarismes. À raison d’une à deux fois par semaine, cela combattra efficacement la mauvaise haleine.

 

  • Pour le soin des cheveux :

L’ajout de bicarbonate à votre shampoing habituel permet de :

  • Nettoyer le cuir chevelu en profondeur en détachant les cellules mortes (en particulier si vous êtes sujet aux pellicules).
  • Supprimer les résidus des produits de beauté pour cheveux (laque, coloration).
  • Pour éventuellement supprimer les odeurs (le tabac par exemple).

Il faut ajouter 1 à 2 cuillères à café à la dose de shampoing, bien masser le cuir chevelu,

laisser agir 5 mn et bien rincer. Ne pas utiliser plus d’une fois par semaine.

 

  • Nettoyer ses brosses :

Mélanger du bicarbonate dans de l’eau, et laisser tremper dans ce mélange vos brosses à cheveux pendant une nuit. Elles ressortiront propres, sans résidus.

 

  • Toilette intime :

Pour limiter les odeurs intimes, il faut ajouter une cuillère à café de bicarbonate à l’eau de votre toilette.

 

  • Combattre les mycoses :

En cas de mycose, il est conseillé de rincer les zones atteintes avec de l’eau bicarbonée (1 cuillère à soupe par litre d’eau. Si vous sentez une irritation, il faut alors rincer à l’eau claire et ne pas insister. Ne pas utiliser non plus si la zone atteinte présente des plaies ouvertes.

 

 

Tous les conseils indiqués ci-dessus concernant des problèmes physiques (pellicules, mycoses, etc.) ne dispensent en aucun cas de consulter un médecin ! Le bicarbonate est bien une aide au quotidien pour une hygiène plus saine. Il n’est pas et ne peut pas se substituer à un médicament.

 

G.P.

Partager cet article
Repost0
9 mai 2018 3 09 /05 /mai /2018 22:06

Fin 2017, un bilan était dressé concernant les avancées de l’Europe concernant le recyclage.

En 2008, l’UE s’était fixé comme objectif de recycler la moitié de ses déchets ménagers à l’horizon 2020.

Quel bilan à presque 2 ans de l’échéance ?

Le 15 novembre dernier, à l’occasion de la Journée Mondiale du Recyclage, et à presque 2 ans de l’échéance, le bilan est partagé.

Dans l’ensemble, l’UE se rapproche de son objectif (36% de déchets ménagers recyclés en 2008, pour 45% en 2015).

Pourtant, la situation des pays de l’UE est très disparate. L’Allemagne est pionnière avec 66,1%, suivie de l’Autriche avec 56,9%, puis la Slovénie avec 54,1%.

La France est quant à elle  en « milieu de tableau » avec un petit 39,5%, et d’autres sont carrément à la traine comme la Grèce avec 15,3%, la Roumanie avec 13,1% ou Malte avec 6,7%.

La France n’a progressé que de 9,8 points entre 2005 et 2015, quand d’autres faisaient des efforts considérables (+ 16,8 points pour le Royaume-Uni, + 25 points pour l’Italie, et + 36,9 points pour la Pologne).

 

 

Et le compostage alors ?

En ce qui concerne le compostage, c’est l’Autriche qui casse la baraque en recyclant 175 Kg de déchets par habitant en 2015.

La France n’est pas mal, en sixième place, avec moitié moins que l’Autriche. Par contre, les volumes compostés en France sont en quasi-stagnation entre 2010 et 2015.

De grandes villes comme Paris ou Roubaix ont lancé des initiatives récentes qui pourraient permettre d’améliorer la situation dans les années à venir.

 

 

Mais, le meilleur déchet n’est-il pas celui que l’on ne produit pas ?

En matière de volume de déchets produits, l’Allemagne est cette fois en avant-dernière place avec 625 Kg par habitant en 2015, devant le Danemark avec 708 Kg !

Bien que faisant mieux, la France est bien au-delà de la moyenne européenne avec 501Kg par habitant en 2015, loin derrière la Roumanie qui tient la tête avec 286 kg.

Même la Pologne et l’Espagne nous battent avec respectivement 286 et 434 Kg par habitant.

 

 

Le Bilan !

On n’est vraiment pas de bons élèves. On n’est pas contre le radiateur du fond de la classe, mais on n’en est pas très loin non plus.

Même si nous ne somme pas trop mauvais en compostage, il nous reste beaucoup de travail à faire pour rattraper notre retard dans la diminution des  volumes de nos déchets, et surtout de les recycler.

Ce travail commence par des gestes au quotidien pour chacun de nous ! Il doit ensuite se poursuivre par un grand travail de nos collectivités et gouvernement. On doit tous se sentir concernés !

Rendez-vous le 15 novembre prochain pour voir si on a bien travaillé !

 

P.G.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2018 7 25 /03 /mars /2018 14:29

Article du 03.05.17 – Restauré le 25.03.18

La consommation électrique de l’ordinateur personnel

 

Beaucoup de foyers sont maintenant équipés d’au moins un ordinateur, matériel qui prend de nos jours une place assez importante dans notre quotidien.

Mais peu des personnes qui l’utilisent, se rendent compte de la consommation électrique de ce type d’équipement.

Nous allons vous apporter quelques réponses à cette question.

 

  • L’ordinateur

Pour une durée quotidienne d’utilisation de 8 heures, un ordinateur portable affichera une consommation annuelle de 150 kwh pour une puissance de 50 watts affichés.

 

La consommation d’un ordinateur fixe, affiche bien souvent une puissance plus élevée, car il est équipé de matériel souvent plus puissant informatiquement parlant, et surtout, il peut abriter plus d’équipements (cartes diverses, plus de disques durs, etc…).

Donc, pour une puissance affichée de 200 watts, il consommera en moyenne 600 kwh dans l’année.

Et si on s’intéresse aux ordinateurs équipés pour le gaming, on sera plus sur une consommation annuelle de 1400 kwh.

Un ordinateur en veille consomme moins, entre 5 à 15 watts.

 

  • L’équipement

Comme on le dit ci-dessus, l’équipement interne joue pour beaucoup sur la consommation de l’ordinateur. En effet, si on ajoute un disque dur, ou une nouvelle carte vidéo, ou une carte avec de nouvelles connectiques externes, tout cela demande de l’énergie supplémentaire.

 

À cela, il faut ajouter l’imprimante, qui est souvent l’équipement premier. S’il s’agit d’un modèle à jet d’encre, celui qui est le plus courant de nos jours, il faut compter une puissance moyenne de 130 watts, alors qu’une imprimante laser affichera elle une puissance moyenne de 900 watts.

 

La consommation annuelle sera donc entre 22 et 650 kwh en fonction du modèle.

Une imprimante en veille affichera une consommation annuelle entre 5 et 145kwh par an.

Un scanner en veille affichera lui une consommation annuelle de 36 kwh.

On pourra ajouter à cela tous les appareils USB connectés à l’ordinateur, que ce soit des clés, des disques durs externes, ou des gadgets.

                                         

 

Bien entendu, un ordinateur allumé mais non utilisé, consommera moins que si vous travaillez dessus.

Alors, pour faire baisser votre consommation, il est conseillé d’éteindre les appareils plutôt que de les laisser en veille. Une veille devient plus énergivore au-delà de 30 minutes.

Cela présente de plus un autre intérêt, c’est qu’un matériel allumé est très sensible aux accidents électriques de votre installation. De plus, en cas d’orage, votre matériel éteint risquera beaucoup moins que s'il est resté allumé (bien entendu, si vous êtes présent, il est préférable de tout débrancher)!

Vous pouvez aussi éteindre vos périphériques inutilisés (imprimante, scanner, haut-parleurs, ….) et débrancher les clés USB non utilisées.

 

Pour vous donner un ordre de comparaison entre votre ordinateur et vos appareils du quotidien, vous trouverez ci-dessous un tableau intéressant :

 (Valeurs 2017)

 

Voilà, nous espérons avoir pu vous aider à mieux gérer la consommation de votre matériel informatique.

 

P.G.

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2018 7 25 /03 /mars /2018 14:07

Article du 03.07.16 – Restauré le 25.03.18

Le compostage permet d’agir fortement sur son impact écologique au quotidien.

En premier, il permet de supprimer des déchets dans votre poubelle et votre jardin. Chaque habitant produit en moyenne 100 kilos de déchets compostables, soit 30% du poids de sa poubelle. Quant aux déchets verts, les composter permet d’économiser en transport et en traitement en déchetterie.

En second, vous obtenez un amendement organique gratuit qui, comme la tourbe et le terreau, améliore les propriétés biologiques de votre sol (fertilité, aération et stabilité).

Le processus

Le compostage ne consiste surtout pas à entasser des déchets organiques : cela entraîne la putréfaction des déchets et la formation de composés malodorants qui ont des effets défavorables sur le sol, l'eau et la croissance des plantes. Le bon déroulement du processus de compostage se vérifie par :

  • l'absence de mauvaises odeurs.
  • une montée en température à l'intérieur du tas (jusqu'à 70°C!). Celle-ci est normale et utile : elle permet la destruction des germes pathogènes et des mauvaises herbes présents dans les matières à composter.
  • La présence de vers de terre et autres invertébrés dans le compost après cette phase de montée en température.
Que peut-on composter ?
Déchets de cuisine
  • épluchures de légumes et fruits non traités.(les fruits traités tels que les pamplemousses se décomposent très lentement.)
  • coquilles d’œufs écrasées.
  • marc de café, thé.
  • déchets de fruits et légumes
  • reste de repas sauf os et viande.
  • essui-tout

 

Déchets de jardins
  • fleurs coupées, plantes en pots.
  • mauvaises herbes (éviter de composter les mauvaises herbes grainées et laisser sécher les herbes vivaces (renoncules, liseron,...).
  • taille de haies et d'arbre (préalablement coupées en petits morceaux).
  • feuilles mortes.
Déchets divers
  • sciure de bois.
  • cendre de bois froide.
A ne surtout pas mettre
  • plantes malades.
  • papiers et cartons imprimés. (Les encres d'impression contiennent souvent des métaux lourds.)
  • poussières d'aspirateur.
  • huile de friture.
  • restes de viande, crustacés, os.
 
Le composteur: une maison à étages !

http://www.montauban.com/uploads/images/anciennes_sources/mairie/service-municip/compost55.jpg

Étage supérieur

Déchets verts récemment déposés.

Au premier étage

Les champignons et les bactéries accomplissent un travail de décomposition à des températures élevées (70°C). Ici, chaleur, humidité, aération s'équilibrent pour permettre à tous les habitants une vie harmonieuse.

Au rez-de-chaussée

C'est là que moi, petit vers de terre, je me sens à l'aise avec mes amis les insectes. La température est moindre et là, je parfais la finition du compost en transformant tous les éléments nutritifs en un mélange léger et meuble.

 
La bonne recette pour composter :
L’art du compostage se résume à 3 règles d’or :
  • bien mélanger déchets humides et secs
  • maintenir le tas juste humide
  • et l’aérer en le brassant pour le décompacter et l’homogénéiser.
 
Comment fabriquer son composteur ?

On peut réaliser son silo à compost :

  • avec du grillage disposé en cercle.
  • avec des lames de bois, des rondins, des planches assemblées.

 

Il est important de prévoir une porte dans la partie basse du composteur ou sur les côtés pour faciliter la surveillance et la récupération du compost.

 

Et on ne met rien au sol, pour que les déchets compostés soient en contact direct avec la terre, et permettre ainsi aux vers et diverses petites bêtes de remonter dedans, et de faire leur travail.

 

Enfin, en fonction de la pluviométrie de la région, prévoir ou non un couvercle.

 

 
Trouver la meilleure place pour son composteur
  • Pas trop loin de la cuisine, ni du jardin ou potager.
  • Pas trop près des voisins (pour le visuel, et surtout pour les odeurs)
  • Dans un endroit semi-ombragé, et jamais plein sud car ça dessèche le compost
 
Où trouver un composteur ?

Vous pourrez l’acheter en jardinerie et en magasin de bricolage.

 

Renseignez-vous auprès de votre mairie,  car une majorité d’agglomérations proposent une fois dans l’année, des achats à très petit prix de composteurs individuels.

 

 

Voilà, maintenant vous avez les bonnes clés pour bien réussir votre compost.

 

 

P.G.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2018 4 22 /03 /mars /2018 17:02

Article du 13.06.15 - Restauré le 22.03.18

 

 

L’Eau :

Je ferme le robinet :

Une attitude responsable

Un robinet qui coule sans raison doit immédiatement déclencher un réflexe de fermeture. La quantité d’eau économisée dans ce cas est énorme. Dans cet esprit, lorsque l’on se brosse les dents, il est préférable de se rincer avec un verre à dents (10 000 litres d’eau gaspillés par an). De même, il est facile de remplir un peu le lavabo pour nettoyer son rasoir.

Si on laisse couler l’eau pendant un brossage de dents ou un rasage, c'est 18 litres d'eau gaspillés.

 

Je contrôle le débit des robinets

Une double action

Économiser l’eau chaude, c’est économiser à la fois l’eau et l’énergie nécessaire à son chauffage. Il existe aujourd’hui des dispositifs simples, à poser sur les robinets ou les flexibles de douche, qui limitent sensiblement la consommation, tout en conservant la même efficacité d’utilisation.

La bonne position

Laisser de préférence les robinets mitigeurs en position “froid” pour éviter de demander de l'eau chaude ou tiède alors qu'on a besoin, la plupart du temps, d'eau froide.

Réduction du débit d’eau par équipement :

• robinet mitigeur : 10%
• aérateur (ou mousseur) : 50%
• pomme de douche “éco”: 50 %

 

j’optimise ma chasse d’eau

  • Réduire le volume

En mettant par exemple une bouteille lestée dans le réservoir des toilettes, cela diminue d’autant le volume et donc la consommation d’eau.

 

  • Adopter le double débit

Des chasses d’eau économiques proposent aujourd’hui deux types de débit : 3    ou 6 litres d’eau, contre 7 litres (voir plus) pour une chasse d’eau ancienne.

 

  • Récupérer l’eau

Avant de construire son logement, il est intéressant d’étudier la possibilité d’un second réseau d’eau non potable, par exemple raccordé à un réservoir alimenté par de l’eau de pluie. Ce second réseau pourra alimenter les WC, le lave-linge et les utilisations au garage et au jardin, ce qui fait déjà de très beaux volumes !

 

  • Économiser l'eau

À la campagne, les toilettes sèches peuvent être une alternative pour économiser l’eau. Renseignez-vous !

 

En France, une personne utilise en moyenne 30 litres d’eau pour ses WC par jour, soit 20 % de sa consommation quotidienne.

 

Je préfère la douche au bain

 

Le compte est bon

Prendre une douche plutôt qu’un bain, c’est diviser au minimum par trois sa consommation d’eau : ce calcul est valable si le robinet est coupé pendant que l’on se savonne et que l’on ne prolonge pas inconsidérément le plaisir de la douche.

Une douche de 5 minutes consomme 60 à 80 litres d’eau et un bain 150 à 200 litres.

  

Je lutte contre les fuites

  • Vérifier le débit

Un bon moyen pour traquer les fuites d’eau, c’est de relever le compteur le soir avant de se coucher et de faire la même chose le matin, sans avoir ouvert ni robinet ni appareil ménager : si les chiffres sont identiques, tout va bien. Sinon, il y a une fuite.

Pensez aussi à la possibilité d’une fuite entre votre compteur et l’intérieur de votre logement.

 

  • Retrousser ses manches

La plupart du temps, il s’agit d’un simple joint défectueux : cela vaut la peine d’apprendre à le changer.

Un robinet qui goutte = jusqu'à 300 litres
Une chasse d'eau qui coule = jusqu'à 500 litres >
prix d’un joint de chasse = 15€ max
Une personne consomme en moyenne 150 litres d'eau par jour

Source : Agences de l'eau
Estimation des coûts associés aux fuites d'eau :

  • Goutte à goutte = 132 €/an
  • Mince filet d'eau = 420 €/an
  • Filet d'eau = 1650 €/an
  • Écoulement chasse d'eau = 660 à 1320 €/an

Source : La gestion durable de l'eau, Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB)

 

J’économise l’eau

  • Un peu de méthode

Faire la vaisselle à la main ne doit pas être synonyme de gaspillage: ne pas laisser couler l'eau (remplir un bac de lavage et un de rinçage), utiliser juste ce qu'il faut de nettoyant, écolabellisé bien sûr, et aller du moins sale vers le plus sale, telle est la bonne méthode.

 

  • Les bienfaits du lave-vaisselle

Faire sa vaisselle à la machine peut être plus économique en eau et en électricité si le lave-vaisselle est peu gourmand en énergie et utilisé de façon optimale. Bien sûr, il ne faut pas rincer la vaisselle avant de la mettre dans l’appareil, car cela consomme de l’eau inutilement.

Le “bon” lave-vaisselle :

  • appartient à la classe énergétique A
  • tourne à pleine charge et en programme “éco”
  • évite le pré-rinçage, si la vaisselle n’est pas très sale.

 

Je préserve l’eau

  • Profiter du soir pour arroser (moins d'évaporation)

 

  • Récupérer l’eau

L’eau de pluie est un bienfait que l’on peut récupérer à partir des gouttières dans des bacs, ou mieux, des citernes (il en existe de toutes tailles). Cette eau servira à l’arrosage des plantes, du jardin, ou à d’autres usages extérieurs (lavage de terrasse, VTT...).

 

  • Espacer les tontes

Un gazon que l’on laisse pousser un peu plus haut devient plus résistant à la sécheresse et économise l’eau d’arrosage. Adopter la tonte haute (6 à 8 cm).

 

Evaporation d'un gazon : 3 à 6 litres d'eau par m2 et par jour quand il fait chaud.

 

P.G.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2018 4 22 /03 /mars /2018 15:57

Article du 28.03.15 - Restauré le 22.03.18

 

Je vérifie mon contrat d’électricité !!!

 

 

Il n’est pas rare que le contrat d’électricité ne soit pas adapté aux réels besoins des utilisateurs.

Dans certains cas, le contrat était calibré pour une activité pro qui n’est plus, et pas réétudié ensuite, ou encore des appareils ont été remplacés et consomment beaucoup moins, ou alors tout simplement les utilisateurs ont changé leurs façon de fonctionner dans leur habitat.

Dans tous ces cas, et ce ne sont pas les seuls, le contrat est bien souvent surcalibré. Il suffit alors de prendre contact avec votre fournisseur en électricité, et de faire une nouvelle étude de vos besoins avec ce dernier.

Il a l’obligation de vous proposer le contrat le plus proche de vos besoins. Vous n’avez pas l’obligation de respecter ce qui vous est conseillé, mais pour tous ceux qui sont équipés d’un compteur avec un affichage digital, ce dernier est équipé d’un cadran qui affiche la puissance maximale atteinte sur une période de 5 minutes.

La puissance souscrite proposée doit souvent être juste au-dessus de celle lue sur le compteur, ou alors juste en dessous, ce qui impliquera de ne plus utiliser plusieurs gros appareils en même temps pour éviter le déclenchement.

Dans tous les cas, revoir à la baisse votre puissance souscrite vous permettra de diminuer le coût de l’abonnement mensuel !

 

 

P.G.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2018 4 22 /03 /mars /2018 10:23

Article du 30.09.14 - Restauré le 22.03.18

 

Je veille à l’entretien de mon réfrigérateur

 

     

    • Prendre garde à la chaleur

    Les instruments de cuisson (four, cuisinière...) sont des équipements qui doivent être placés à l’écart du réfrigérateur. De même, celui-ci ne doit pas accueillir des aliments chauds qui lui demandent une énergie supplémentaire pour produire du froid et augmente donc sa consommation.

     

    • Contrôler la température

    La conservation des aliments nécessite une température comprise entre 2°C (étages du haut), et 4°C (étages du bas). Dans un congélateur, elle doit être de -18°C. En plaçant un thermomètre dans le bac à légumes du réfrigérateur (température la plus élevée), il est facile de réguler la dépense d’électricité.

     

    • Dégivrer régulièrement

    Dès que la couche de givre dépasse 2 à 3 mm, il est impératif de dégivrer vos appareils pour qu’ils consomment moins. 1/2 cm de givre augmente jusqu'à 30 % la consommation des réfrigérateurs et congélateurs.

     

    • Nettoyer la grille

    La grille située à l’arrière du réfrigérateur est chargée d’expulser la chaleur extraite de l’appareil. Elle doit être vérifiée et nettoyée deux fois par an environ.

     

    • Vérifier l’étanchéité des portes

    L’apparition rapide du givre, c’est souvent des joints fatigués. Pour le vérifier, il suffit de fermer la porte du réfrigérateur sur une feuille de papier : si on la retire facilement, les joints sont à changer.

     

    Hausse de consommation d’électricité : +5 % à chaque degré supplémentaire et +30 % au-delà de 3 mm de givre

     

     

    J’utilise bien mon lave-linge

     

       

      • Adopter le bon programme

      Faites tourner votre lave-linge quand il est à pleine charge. Une machine remplie est plus économique que 2 lavages en touche "éco" ou "demi-charge".

       

      • Bien investir

      Lors de l’achat d’un lave-linge, choisir de préférence un modèle de classe A ou A+.

       

      • Laver à basse température

      Laver à la température la plus basse possible est recommandé. Un lavage à 30°C consomme 3 fois moins d'énergie qu’un cycle à 90°C, et en plus, il préserve le linge. Certaines lessives performantes permettent même de laver à froid !

       

      • Éviter le prélavage

      Cette opération est rarement nécessaire avec les textiles et les machines modernes et cela permet d'économiser de l'eau et de l'énergie.

       

      • Adapter l'essorage

      Si vous devez utiliser un sèche-linge, essorez auparavant au maximum pour réduire le temps de séchage

       

      Adopter les auxiliaires de lavage

      Constituées de caoutchouc recyclé, ces boules, glissées avec le linge dans le tambour de l’appareil, sont très efficaces : 30 % d’eau et 20 % de lessive en moins.

      Chaque foyer français consacre 12 % de sa consommation d’eau au lavage du linge.

       

      Je me sers du fil à linge

       

      • Profiter du soleil et du vent

      La corde à linge ou l’étendoir sont des moyens naturels pour faire sécher le linge. Le sèche-linge électrique dépense environ 250 kWh par an, soit 15 % de la consommation annuelle d’électricité (hors chauffage).

       

      Sur un an, un sèche-linge consomme environ 350 kWh, soit 2 fois plus d'énergie qu'un lave-linge en moyenne.

      En plus, le linge qui est séché dans le sèche-linge s’use bien plus vite, vous en serez convaincu en regardant le volume de fibres extraites des filtres du sèche-linge après chacune de ses utilisations.

       

      Bien régler la température du chauffage :

       

         

        La température moyenne idéale est de 19°C pour les pièces à vivre (salon, salle à manger, cuisine, etc…), de 21-22°C pour la salle de bain lors de son utilisation, et de 16°C pour la chambre d’un adulte.

        Chaque degré supplémentaire représente 7% de consommation en plus ! En se basant sur la moyenne de consommation annuelle par foyer de l’année 2011 qui est de 4700 KWh, cela représente :

               20% de 4700 (part du chauffage en électrique) è 940 KWh

               7% de 940 (sur-consom. par degrés en +) è 65,8 KWh / an/degrés en plus

               Avec un prix moyen en 2011 de 11,38€ è 748,80€ / an/degrés en plus

        Et oui, ça fait pas mal !!!!

        Et le calcul est le même pour toute autre énergie utilisée pour le chauffage !!!!

         

        De même, lorsque l’on s’absente un week-end, si l’on coupe totalement le chauffage, et qu’on le rétablit à son retour, l’énergie consommée pour remettre la température des pièces et de leurs ameublements est largement supérieure à celle économisée.

         

        Pour réaliser une économie, il ne faut pas baisser la température de plus de 3°C, ce qui est réalisé par les convecteurs électriques lorsqu’on met leur interrupteur en position économie.

        Bien entendu, ce principe est tout aussi valable pour les autres énergies de chauffage.

         

        Ha, j’oubliais : on ne met jamais rien à sécher sur un radiateur quel que soit l’énergie de chauffage, car ça interrompt la convection, et donc la circulation de la chaleur dans la pièce. On est alors obligé de monter le thermostat du radiateur pour une même sensation de chaleur. On peut par contre sans souci mettre des objets à sécher devant le radiateur !

         

        Bien régler la température de l’eau chaude sanitaire :

         

        L'eau chaude sanitaire (ECS) fournie par votre chauffe-eau est une importante source de dépense énergétique (de 10 à 15% selon l'Ademe). En veillant à ce que votre chauffe-eau soit à la bonne température, vous pouvez éviter une surconsommation énergétique, c’est-à-dire réaliser des économies, tout en vous protégeant de certains risques sanitaires.

         

        Bien souvent, cette température est mal réglée, et cela provoque plusieurs choses :

        • Lorsqu’elle trop chaude, vous devez bien souvent rajouter de l’eau froide pour obtenir la bonne température ! Vous avez alors dépensé pour chauffer de l’eau que vous refroidissez !
        • Lorsqu’elle trop chaude, cela peut provoquer de graves brûlures !
        • Lorsqu’elle trop froide (en dessous de 50°C), cela permet la prolifération éventuelle de bactéries et microbes.
        • Lorsqu’elle trop froide, cela renforce l’entartrage de l’appareil de chauffe et des canalisations.

        En prenant en compte tous ces éléments, il est conseillé de régler cette température vers 55°C.

         

         

        Nettoyer sa VMC :

         

         

        La VMC fait rentrer de l’air extérieur dans les pièces de vie, et expulse l’air vicié depuis les pièces humides (cuisine, WC, salle de bain, débarras). L’air circule ainsi de l’entrée vers la sortie, renouvelant 0,6 volume des pièces chauffées de la maison, chaque heure.

         

        L’air aspiré entraine avec lui des graisses et des poussières. Ces dernières se collent sur les grilles des bouches d’aspiration, et sur les pâle du ventilateur inclus dans le bloc VMC.

         

        Cela nécessite donc un nettoyage annuel pour conserver les capacités optimums du système.

        Pour les grilles d’aspiration, elles sont en générale déclipsable. Il suffit alors de les nettoyer dans un peu d’eau tiède avec un peu de produit vaisselle. Rinçage, essuyage, et repose !

         

        Pour ce qui concerne le bloc VMC, ils sont en général posés sous la toiture, et sont équipés de 4 vis quart de tour pour les ouvrir. Un petit coup de brosse douce sur les pales, et un petit coup d’aspirateur, et on referme.

         

         

        Bien aérer ses pièces :

         

        Pour aérer une chambre, il faut compter …… 5 minutes, pas plus !

         

        En effet, en 5 minutes, tout le volume d’air est totalement renouvelé. Si on aère plus longtemps, et qu’il fait soit plus froid, soit plus chaud dehors, la température des sols, murs et plafonds, ainsi que celle des meubles va suivre celle de l’extérieur.

         

        Il faudra alors beaucoup plus d’énergie pour soit refroidir, soit réchauffer tout cela !

         

         

         

        Voilà, maintenant, vous avez les principales clés pour de belles économies au quotidien !

         

         

        P.G.

        P.G.

        Partager cet article
        Repost0

        Présentation

        • : Le blog AMC
        • : Notre association a pour but de trouver des fonds et des moyens afin de réaliser des travaux dans les maisons de personnes handicapées, afin de leurs permettre de mieux y vivre avec leur handicap.
        • Contact

        Compteur de visites

        Vous êtes la
         
        un compteur pour votre site
         
        èmes personne à visiter notre blog

        Recherche

        Comment pouvez-vous nous aider

         

        Vous désirez nous aider !

         

         Vous pouvez le faire de diverses façons :

         Association Adapter la Maison de Chantal  

            - Par le don de matériaux.

            - Par le don d'intervention en tant que

              professionel.

            - Par le don financier. 

         

        Pour le dernier, vous pouvez envoyer votre participation à l’adresse suivante :

          Association Adapter la Maison de Chantal

          L’Espace Associatif

          53 Impasse de l’Odet

          29000 Quimper

         

        Pour les autres, merci de nous contacter via le mail adapter-maison-chantal@orange.fr

        ou au   06 99 71 37 63.

         

        Chaque soutien est le bienvenu..

         

         

         

         

        Nous Recherchons !!!!!

         

        Nous recherchons des professionnels pour nous aider:

         

            - Un couvreur : il y a quelques trous dans la toiture à réparer.

         

            - Un menuisier :  des ouvertures sont à poser 

         

        A tous les professionels qui pourraient nous aider, merci de nous contacter.

         

            constru8[1]

        Nous Contacter

         

        Vous désirez nous contacter

         

        adapter-maison-chantal@orange.fr

         

        Petit guide de la collecte des moyens d'écriture usagés

         

         

        Petit guide de la collecte des Moyens d'Écriture Usagés

         

         

        Nous avons adhéré au système de TERRACYCLE fin 2012 avec la collecte des moyens d'écriture usagés.

        Chaque article collecté est recyclé par TERRACYCLE qui nous reverse alors 1ct d'€uro.

        La matière recherchée est le plastique. TERRACYCLE les isole des métaux et des encres, et les réutilise dans la réalisation d'autre produits

         

        Les produits à collectés sont donc :

          - Les stylos bille, les stylos plume et leurs cartouches d'encre

          - Les feutres, marqueurs, surligneur, ....

          - Les porte-mines

          - les effaceurs liquide, en stylo, ou en ruban.

         

        Aucun autre produit n'est accepté !!!!